Qu’est ce que sont les hémorroïdes ?

Parler d’une maladie telle que les hémorroïdes reviendrait d’emblée à adopter une attitude double : c’est-à-dire d’une part  scientifique, et d’autre part  médicale, afin de mieux cerner les contours d’un tel fléau. Aussi faudrait-il se poser certaines questions ponctuelles sur cette  maladie : Comment peut-on appréhender les hémorroïdes sur un point de vue factuel et que doit-on savoir à propos ? Ensuite quels sont les différents symptômes d’une telle maladie? Après quoi serions-nous en mesure de soulever des questions ciblées autours de la prévention et d’éventuels traitements appropriés ?

Définition et contours des hémorroïdes

Les hémorroïdMédicaments servant à soigner les hemorroideses se définissent comme étant une dilatation des veines anales que sont l’anus et le rectum, et du tissu qui les entours. La couche de la population mondiale qui est touchée par cette maladie atteint un pourcentage de 33.3 chez les personnes adultes sur l’échiquier mondial ; c’est dire la nécessité d’une mise à disposition d’informations sur la prévention et les traitements liés à cette maladie. Il est donc urgent et même capital de s’informer afin de mieux prévenir, voire d’aider ceux qui à coté de vous souffrent des hémorroïdes. Toutefois, à l’instar d’autres maladies, les hémorroïdes demeurent encore une maladie victime de tabous ; peu sont ceux qui en parlent d’une manière ouverte quand ils en souffrent. Il serait donc adéquat pour tous de franchir et de briser ce tabous, ceci dans le but d’une part de mieux combattre la maladie et d’autre part de garantir aux non-malades et surtout ceux qui en souffrent d’envisager des solutions appropriées à leur mal. La maladie nait  des dilatations des veines anales avec une grosseur variable d’un patient à un autre. Les hémorroïdes peuvent épouser deux formes : la forme interne (à l’intérieur de l’anus) et la forme externe (au niveau du pourtour de l’anus), ceci d’après leur localisation. Ces différentes formes sont au préalable des structures de l’anatomie lorsqu’elles sont encore normales, toutefois lorsqu’elles évoluent et deviennent pathologiques, c’est le début de la maladie hémorroïdaire.

Symptômes

La plupart des maladies sinon toutes sont généralement accompagnées ou annoncées par des signes précurseurs appelés symptômes. Ainsi pour ce qui est des hémorroïdes, des symptômes tels que : Douleurs, irritations, saignements… sont les effets qui annoncent un éventuel début de maladie. Partant du postulat sur lequel un adulte sur 3 souffrirait d’hémorroïdes, quels seraient les conseils pour lutter de manière significative contre les crises qui en outre vous gâchent la vie… Aussi lorsque vous verrez tour à tour les trois symptômes : démangeaison, irritation, et saignement  durant ou après les selles, vous devriez vous diriger sans plus attendre auprès d’un établissement hospitalier ou chez votre médecin  pour une prise en charge effective. Vue sous un angle médical, les symptômes liés à cette maladie sont généralement peu visibles et parfois même peu fréquents, ce qui à terme conduit à une négligence de certains sujets ( potentiels malades) : les faibles saignements se remarquent à peine sur les sous-vêtements ou sur du papier-toilette ; la douleur quant à elle est quasi insignifiante lors de la phase maladive des hémorroïdes, elle ne prend corps que lorsque commencent les complications, qui à terme peuvent être des thromboses  interne ou externe  en fonction de la localisation des vaisseaux malades. Un examen local serait donc le bien venue si vous constatez de saignements anaux, ainsi votre médecin pourra mieux grâce une «anuscopie» classifier votre mal selon qu’il soit externe ou interne. Les médecins demandent généralement des examens complémentaires, car d’autres formes de maladies se caractérisent parfois par des symptômes similaires à l’instar d’un cancer du rectum. Comment traiter les hémorroïdes? Entre certains traitements locaux et la chirurgie, il vous sera présenté ici quelques petites thérapies disponibles.

Traitement et prévention

Les maladies hémorroïdaires ont des thérapies efficaces et très simples, ces différentes méthodes permettent d’atténuer les douleurs tout en diminuant considérablement les multiples inflammations. Il est également nécessaire de veiller de manière convenable au bon drainage et à une régulation contrôlée du transit intestinal, car tous ces facteurs permettent d’endiguer la récurrence des complications liées à la constipation. Vous devez aussi contrôler votre hygiène corporelle, surtout anale, car c’est également un moyen efficace dans la lutte contre certaines maladies à l’instar de celles hémorroïdaires ; rencontrer  un dermatologue pourra vous être utile dans la mesure où il vous dira quel type de produits utiliser sur votre peau, parce que l’usage de certains produits tels que le savon ou tout autre produit peut se révéler dangereux et cause d’irritation.

 

 

 Traitements des complications 

  • Nous avons d’abord des injections sclérosantes  conduisant à la sclérose des vaisseaux responsables de la maladie. L’injection de substances qui irritent soulage rapidement les sujets atteints ;
  • La ligature élastique, elle provoque une forme d’étouffement par étreinte serrée conduisant à une dévitalisation des tissus responsables de la maladie, ensuite de leur destruction ;
  • La photo-coagulation grâce aux infrarouges, elle se concentre sur les vaines par la fixation des muqueuses ;
  • Disons finalement que si la maladie hémorroïdaire se trouve à un stade avancé, il est parfois nécessaire d’envisager une opération chirurgicale.

 

Prévention  des hémorroïdes par une alimentation ciblée

Les aliments que nous consommons peuvent nous permettre d’anticiper, donc de prévenir les hémorroïdes. Une bonne hygiène alimentaire est un atout important dans la prévention des maladies hémorroïdaires. Ainsi, éviter de consommer tout ce qui serait susceptible de provoquer chez l’homme la constipation. Une alimentation riche en légumes frais, en fruits, en crudités et en légumineuses permettrait à l’organisme une facilitation dans la digestion, une évacuation plus souple des déchets issus de l’organisme humain. Une bonne hydratation et suffisante en eau permettrait une meilleure circulation des aliments dans le corps et aussi des déchets lors de l’évacuation.

Une nutrition saine et riche en fibre, et réduite en matière grasse, en sel et en pâtisseries serait tout autant idéalement adéquate.

Il conviendrait de faire table rase sur : les viandes, les plats abondamment épicés, la consommation d’alcool, le café et le thé. Le but étant d’instaurer un régime végétarien jusqu’à disparition total des symptômes.